Hope

« Rebellions are built on Hope »

La Brune émergea d’un sommeil sans rêve, dur et comateux. A chaque mouvement de tête, elle se demandait si son cerveau ne s’était pas détaché tant il cognait contre les parois de sa boite crânienne. Un rapide coup d’œil dans le miroir confirma ses doutes, le mal de crâne, les yeux bouffis, la bouche pâteuse, les carottes dans les cheveux, la Brune allait subir les affres de la gueule de bois. Elle tenta de se remémorer la soirée de la veille mais…

« Rebellions are built on Hope »

La Brune se figea en un instant. La surprise de cette voix dans sa chambre finit de la réveiller. Mais était-elle bien dans sa chambre ? « Il fait froid, le sol est froid, pas de doute, je suis chez moi. Sauf que… Sauf que le sol est en métal et non en bois. Ok pas de panique, je ne suis pas chez moi, je ne me souviens pas de la soirée, y’a vraiment pas de quoi paniquer. »

« Rebellions are built on Hope »

Le dernier mot résonna dans la pièce pendant de longues secondes quand une porte s’ouvrit, permettant ainsi d’amener un peu de lumière dans cet endroit sombre.

« Qui êtes vous ? C’est vous qu’on entend répéter la mêm… »

« Rebellions are built on Hope » serina le personne qui venait d’avancer dans la pièce.

« Ouais, du coup c’est vous quoi. »

Après quelques instants où la Brune refaisait la mise au point, son regard se posa sur l’inconnue qu’elle avait devant elle. Un soulagement l’envahit et elle se détendit d’un coup.

« Aaaaah mais c’est vous ? Vous êtes la princesse Leia ? AAAAAh mais ça va beaucoup mieux. Moi qui pensais avoir été kidnappée, j’me rends compte qu’en fait, j’ai juste tourné la carte. Tout ça c’est dans ma tête ! OUF ! »

La princesse Leia, de plus en plus déconcertée, prit la parole : « je ne vois pas en quoi c’est rassurant ? Tu parles à un personnage fictif dont l’interprète est décédée il y a un mois »

« Oui mais justement, ce n’est pas la première fois que ça m’arrive. La dernière fois, je discutais avec le Joker de Batman, joué par Heath Ledger, alors je commence à avoir l’habitude. »

« Ok, donc ça ne te pose aucun problème de vivre dans une dimension parallèle et de parler à tes amis imaginaires ? »

« Sans vouloir me justifier outre mesure, je ne suis pas la seule dans ce cas là. Tous les gens qui ont vu Rogue One sont comme moi. »

La princesse Leia médita quelques instants sur ces paroles et enchaina : « J’aimerai savoir ce que tu as pensé de Rogue One. »

La Brune admira la princesse en se demandant où elle voulait en venir. Ce personnage mythique était là devant elle, habillé d’une sorte de blouse blanche, arborant ces fameux macarons et elle attendait d’elle une analyse cinématographique.

« Euh ok, mais après vous m’expliquez ce que je fais là ? »

« Rebellions are built on Hope »

« Nan, sans rire, c’est carrément répétitif là. »

La Brune commença alors son monologue : « Rogue One : a Star Wars story est l’épisode 3,5 de la saga StarWars. C’est à dire qu’il se situe entre la vieille saga qui est l’histoire la plus récente et la moderne saga qui est l’histoire la plus ancienne. »

Leia dit alors « C’est vrai que ça n’a jamais été simple cette histoire, parce que Georges a toujours été… »

La Brune lui coupa la parole : « C’est moi qui raconte ou c’est vous ? Bien. Le scénario de cette histoire est plutôt simple mais essentiel, il raconte l’histoire d’un groupe de Rebelles qui part à la recherche des plans de l’Etoile Noire pour pouvoir la détruire et sauver la galaxie. Ce film suit donc les pérégrinations de ce petit groupe de rebelles prêts à mettre leur vie en péril pour récupérer ces plans ainsi que leurs homologues de l’empire qui font tout pour empêcher leur plan d’aboutir. »

« Ca ne nous dit pas si tu as aimé ? Pour l’instant c’est un résumé plutôt froid de la situation. »

La Brune s’agaçait de plus en plus du comportement de Leia.

« Je sais, mais avant de pouvoir se lâcher, il faut poser les bases.

Cet opus est un spin-off parce qu’il se regarde seul et n’appartient à aucune saga.

Dire que j’ai aimé serait tellement en dessous de la vérité, que je ne peux pas laisser faire ça. J’ai adoré et j’ai une véritable vénération pour Gareth Edwards. Je le considère comme le Nolan de StarWars. Quand les trois Batman de Nolan sont sortis, ils ont créé la surprise tant ils étaient réalistes et noirs. Ils en étaient même flippant (surtout le deux, avec le Joker) tellement ils ‘faisaient vrais’. Nolan a transfiguré Batman pour le rendre réaliste. Edwards a fait exactement pareil avec StarWars. Il l’a rendu réel et accessible. Les effets spéciaux sont terriblement bien fait, beaucoup moins de numériques que dans la saga ‘préquel’, bref un rendu analogique qui claque et qui accentue le côté réel. Un bel effet spécial se doit d’être subtil, ce qui n’est pas tout le temps le cas dans Rogue One, mais les différentes planètes et populations font ‘vraies ». Les personnages principaux, Jyn et Cassian sont vrais également, ils sont torturés, passionnés et humains putain ! »

« Je t’en prie, pas de vulgarité, jeune fille. »

La Brune interloquée par cette intervention jeta un œil gêné à la Princesse. Sans savoir pourquoi, l’apparence de la Princesse semblait avoir changé, ces macarons avaient laissé place à une coupe courte et des cheveux blancs et raides. Leia rompit le silence : « bon bah, on va pas se regarder en chien de faïence toute la nuit, non ? »

« Euh, non non, je continue.

Les personnages secondaires bien que, plus clichés que les principaux sont tout à fait à leur place. Malgré le fait que l’issue de cette aventure soit connue, on accroche très rapidement et on est emporté par ces personnages. La dernière moitié du film est juste un chef d’œuvre d’action qui ravit les afficionados de StarWars ainsi que les néophytes. J’ai eu un coup de cœur pour le personnage de Cassian Andor, joué par Diego Luna. Je ne connaissais pas cet acteur et je rectifie le tir dès à présent. Ce type est un acteur à suivre de toute urgence. Grâce à StarWars et Gareth Edwards, il a notamment permis de faire passer un personnage hispanique au premier plan en évitant tous les clichés du genre. Dans un pays où le président souhaite construire un mur entre lui et le Mexique, Diego Luna lui répond que la diversité est la richesse des États-Unis. Je rajouterai que la diversité est la richesse de ce Rogue One.

Bref, cessons les digressions : Ce film est juste trop bien ! »

« Si c’est trop c’est que c’est négatif, non ? Il faudrait en enlever ? »

La Brune resta bouche-bée devant Leia, puis reprit un peu de contenance :

« Bien sur que non, tout est parfait, il ne faut rien enlever. Qu’est ce que c’est que ces réflexions de vieux ? Bref, passons à la musique. J’ai vu plusieurs critiques de Rogue One qui parlait de l’absence totale d’originalité de la bande originale… Pardon, mais ces gens là, ont de la merde dans les oreilles ! »

« Mange ! »

« Pardon ?»

« Oui, quand j’entends ‘merde’, je dis ‘mange’ ! Ca te choque ? »

« Non mais la seule personne que j’ai entendu dire ça, c’est… »

Leia lui coupa de nouveau la parole : « donc la musique ? »

« Oui oui, euh… La musique est formidable dans ce film. Le thème est légèrement différent de l’original de StarWars et c’est normal puisque ce film ne rentre dans aucune case. Je salue bien bas, le travail conjoint de Michael Giacchino et d’Alexandre Desplat qui ont réussi à créer un thème si proche de l’original et si différent qu’on le reconnait immédiatement.

Première musique à écouter : Trust goes both ways

https://www.youtube.com/watch?v=DaEJU2wqvZQ

Les trailers sont dotés des meilleurs musiques. Ces thèmes sont juste originaux et fantastiques.

Bref, cette musique ne me quitte pas depuis que j’ai vu le film au ciné. Elle est belle et elle m’emporte automatiquement dans des galaxies lointaines, très lointaines, alors même que je me trouve sur la ligne 6 du métro à Denfert-Rochereau. Le thème de ce film est l’espoir qui est grandement bien incarnée par la musique plus que par les faits. Ce film est résolument épique mais tragique alors que la musique nous transporte dans une dimension parallèle où l’espoir règne en maitre. C’est ce que je trouve le plus fort dans Rogue One, tout ce que l’on voit est tragique mais on garde espoir ? Comment ? Grâce à vous ! »

« Ah, c’est mon tour, alors ? », Leia se releva avec mal de son siège et claudiqua jusqu’à l’autre bout de la pièce. La brune ne se rappelait pas avoir vu Leia boiter jusqu’ici. La princesse trouva un fauteuil noir anthracite et s’installa confortablement dedans. Qu’est ce que tu penses de moi ? »

La Brune ne réfléchit pas bien longtemps avant de dire : « ce que je pense de vous ? Vous êtes une guerrière, vous êtes la première femme forte que j’ai vue au cinéma. Vous n’êtes pas une demoiselle en détresse. Vous êtes l’espoir. Le combat. Vous êtes mon héroïne. Quand je vous ai vu à la fin de Rogue One, j’ai pleuré. Parce que j’ai vu le film quelques jours après votre décès et que vous incarnez tout ce que j’aimerai être. »

La brune leva les yeux vers le fauteuil. Leia n’était plus là. La Brune ne se trouvait d’ailleurs plus dans la chambre d’un vaisseau rebelle mais dans une petite maison, en Bretagne.

« Mamie ? »

« Qu’est ce que tu penses de moi, ma poule ? »

« Ce que je pense de toi ? Tu es une guerrière, Avec maman, tu es la première femme forte que j’ai rencontrée. Tu n’as jamais été une demoiselle en détresse. Tu étais l’espoir. Le combat. Tu es mon héroïne. Quand je t’ai vu en Bretagne, j’ai pleuré. Parce que la dernière fois que je t’ai vu, tu étais partie et que tu incarnes tout ce que j’aimerai être. »

« Tu sais que je ne suis qu’une projection de ton cerveau, ma chérie ? »

« Oui je sais et je me rends compte que je t’ai inconsciemment liée à la princesse Leia. Je sais que tu ne sais pas qui c’est, parce que tu étais hermétique à toute chose parlant anglais. Mais c’est ton homologue de l’espace. Forte, belle, intelligente. Carrie Fisher va me manquer, mais toi tu m’as fait un trou dans le cœur quand tu es partie. »

« Nan ma poule, c’est loin du cœur. »


La Brune s’éveilla douloureusement ce matin là. Vaqua à ses occupations. Quand elle eu quelques minutes de répit, elle songea sérieusement à appeler sa mamie pour lui raconter sa vie. Une seconde plus tard, elle réalisa qu’elle ne pouvait pas et qu’elle ne pourrait plus le faire.

La Brune eut un léger rictus amer : « C’est loin du cœur ? Nan, c’est pile dedans et ça fait putain de mal ! »

carrie-fisher-princesse-leia-est-deeceedeee-83129-large

Carrie Fisher          21/10/56 – 27/12/16

mamiiie

Suzanne Le Bot     12/12/26 – 01/12/16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s