Les p’tits torchons

« On en sort tout drôle, tout renversé. » Le Figaroscope –


La brune réfléchit quelques secondes à cette critique sans réellement savoir si cette phrase était positive ou négative.

En déplaçant sa souris de quelques centimètres, la brune s’aperçut que le Figaroscope avait noté 5 étoiles ce film. Plus d’ambiguïté possible, la critique est positive.

La brune est relativement d’accord : « On en sort tout drôle ». En revanche, le nombre d’étoile est une énigme pour elle.

« Essayons d’être objective » se dit la brune.

Les petits mouchoirs (Oui parce que c’est de ce film dont il est question) nous plonge dans l’univers d’un groupe de potes inséparables. Au tout début, Ludo est victime d’un accident de la route et est hospitalisé dans un état grave. Le reste du groupe de pote décide tout de même de partir en vacances ensemble en laissant leur ami entre les mains des médecins.

« Voilà voilà… ça c’est pour la partie objective. »

17958-affiche_du_film_les_petits_mouchoirs

Ludo (Jean Dujardin) est un pauv’ type, inconscient et junkie qui se paye un camion en sortant de boite. Ses meilleurs amis débarquent à l’hosto complètement paniqués à l’idée qu’il puisse mourir, puis décident assez logiquement de… partir en vacances sans lui pendant qu’il est « visiblement » entre la vie et la mort (Le mot « visiblement » est très important). Chouette idée les gars, de toute façon, au pire, il meurt ! Donc cette joyeuse bande de potos part en direction du bassin d’Arcachon pour trois semaines de repos et d’éclate. Pendant ces vacances, il y a des moments plages, des moments bouffes, des moments drôles et des moments engueulades. Des vacances à la plage avec des potes, quoi.

La brune n’a donc pas aimé ce film. Pour beaucoup de raisons. Beaucoup trop de raisons.

Premièrement et c’est un gros spoiler : comment Ludo peut mourir ? Autant au début du film, c’est chaud. il s’est fait renversé par un camion, on peut comprendre qu’il soit en bouillis à l’intérieur. Mais au fur et à mesure que le film avance et qu’on l’entraperçoit, on remarque qu’il va de mieux en mieux, mise à part sa figure qui ne s’arrange pas, il n’est plus branché, il a juste des bandages. Bref, finalement, il donne l’impression que tout va mieux. Et puis tout d’un coup, il meurt. BimBamBoum. GameOver. Si on y réfléchit bien, un peu à la manière de Marion Cotillard dans Batman ! ^^

Bref, deuxièmement, les personnages sont tous antipathiques. Qui aurait envie de partir en vacances 3 semaines avec eux ? Pire, qui aurait envie de partir en vacances puis de rester pote avec eux toute l’année qui suit ? Mais QUI ?

  • Max est un maniaque du contrôle, hyperactif. Il invite ses potes et surtout leur fait bien comprendre qu’il paye pour tout le monde, que ça lui coûte un bras mais qu’il le fait de bon cœur parce que quand même c’est un chouette copain. François Cluzet est très convaincant ceci dit !
  • Vincent (Benoit Magimel) est un ostéo-gay refoulé qui est tombé amoureux de max. Hyper-top-crédible.
  • Antoine (Laurent Lafitte) est le pire de la bande. Égoïste et immature. On a envie de lui foutre des tartes dès qu’il ouvre la bouche.
  • Marie (-on Cotillard) est une nana hyper perturbée qui visiblement a couché avec quasiment tous les mecs du groupe. Insupportable. Bon dans le même temps, il y a assez peu de films où la brune l’a trouve hyper bonne.
  • Eric (Gilles Lelouche), le poto qui ressemble le plus à Ludo. Instable, tricheur et pas fut-fut.
  • Véronique (Valérie Bonneton), la plus naturelle et la plus crédible et accessoirement la femme de Max.
  • Isabelle (Pascale Arbillot), la femme de Vincent. C’est sa seule fonction dans le film.

Comment font ils pour être amis ? Comment font ils ? Ils sont insupportables. Déjà séparément, c’est pas jo-jo, mais tous ensemble c’est n’importe quoi. Le seul qui est digne d’intérêt, c’est Jean-Louis, le local. Il a des réactions « normales » et n’hésite pas à aller voir son pote à l’hosto, alors qu’il est à plus de 600 bornes.

Je vois tout de même quelques points positifs :

Il y a deux ou trois scènes vraiment, vraiment drôles.

La musique est très sympa.

Dans un excès de lucidité, la brune comprend tout à coup pourquoi elle n’a pas aimé ce film. Ludo est un frère plus qu’un pote pour eux. Ils font tous partis de la même famille. Et il le laisse mourir seul. Comment on peut faire ça quand on aime quelqu’un si fort ?


« On en sort tout drôle, tout renversé, tout nauséeux. » Le Brune magasine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s