Le Village, 5/5

Il existe un village dans une contrée très éloignée où règne la paix. 
Dans ce village, les règles sont simples :



Ne pas montrer, ni regarder la couleur interdite,
Ne jamais franchir les bois, 
Si vous entendez sonner la cloche, fuyez ! 

Je suis entièrement d’accord avec vous, ces trois règles sont bien mystérieuses !



Ce film raconte l’histoire d’une poignée d’hommes et de femmes qui sont venus s’installer dans une partie du monde isolée de tout et surtout de tous. Les anciens du village, c’est à dire ceux qui ont fondé cette communauté, ont écrit ces trois règles visant à protéger l’ensemble des habitants. 
Pour faire court, ce village est encerclé par une « forêt-coupe-gorge ». Le village est à la fois protégé par d’inquiétantes créatures mais il craint encore plus leur courroux. Leur protection a un prix. Les Villageois ne doivent pas tenter d’entrer dans la forêt sinon cela déchaîne la colère de ces charmantes bébètes. 
NB : Harry Potter et Le Village : même combat. Dans le premier, on a « celui dont on ne doit pas prononcer le nom » et dans le second, « ceux dont on ne parle pas ». Héhé, et là, tout le monde se dit que Voldemort a fait des petits et les a abandonné dans cette fameuse forêt. Quel horrible Papa ! C’est pour ça qu’ils sont en pétards les monstres ! Tout s’explique !

Ces gens vivent tranquilles dans leur cambrousse, sans personne pour venir les em……
…bêter ^^ 
Le seul problème c’est que si ils veulent rejoindre une grande ville pour, par exemple ‘SPOIL’, acheter des médicaments, ‘SPOIL’…, cela leur est interdit. 
Malgré cela, les gens se marient, font des enfants, travaillent… dans le village. Cette inquiétante présence ne les empêche pas de vivre mais plutôt d’évoluer. 

Ivy, la fille du chef, brillamment interprétée par Bryce Dallas Howard, est une jeune femme aveugle qui est secrètement amoureuse du garçon le moins causant du village, Lucius Hunt (Joaquin Phoenix). Quand Noah Percy, personnage que l’on peut identifier comme l’idiot du village (je sais, ce n’est pas politiquement correct et pourtant c’est exactement ce qu’il est !), s’en rend compte, il décide de tuer Lucius. Il le poignarde mais ne fait que le blesser grièvement. Le conseil des anciens se réunit et décide d’envoyer un émissaire traverser la forêt en quête de médicaments. Ils choisissent Ivy, en se disant « vu qu’elle est aveugle, les créatures ne lui feront rien… » Chouette idée ! J’ai tendance à penser qu’Ivy est juste la proie idéale de ces monstres. Miro comme elle est, elle est encore plus facile à attraper ! Mouhahaha ! Ouais bon, en tout les cas, elle entre dans la forêt comme prévu, mais…

Voilàààààà, je m’arrête évidemment ici parce que comme tout film de Shyamalan qui se respecte, il s’agit d’un film à rebondissement. C’est un peu étrange dit comme ça, mais ses films ont toujours un retournement de situation à 360°. Souvenez vous du « Sixième sens »…

M. Night Shyamalan est un réalisateur atypique, en dehors du fait d’avoir un nom imprononçable. Dans tous ses films, il y a toujours deux dimensions. C’est le genre de film que tu es, donc, obligée de voir au moins deux fois. En ce qui me concerne, je regarde les films 5, 10 ou même 20 fois, donc pas de problèmes. 
J’ai souvent entendu les gens dire que « Sixième sens » était prévisible, que la deuxième dimension était évidente… Personellement, je n’ai rien vu venir, jusqu’au dénouement où j’ai du avoir une phrase mémorable du style : « aaaaaaaah d’accord, mouhahahaha, l’enfoiré…, j’comprend mieux pourquoi… non et puis c’est vrai que… Bon allez on le re-regarde ? » Mémorable, je disais.

Pour le Village, c’est tout pareil, suspens jusqu’au dénouement. Ceci dit, je pense que celui là est plus difficile à imaginer que celui avec Bruce Willis. M’enfin, peut être que ce n’est que moi qui est trop niaise, duppe, truffe ? (rayez la mention utile !) 

Ce réalisateur est souvent toujours accompagné du même compositeur James Newton Howard. C’est le genre de compositeur que je range dans la même catégorie que Hans Zimmer et John Williams. C’est à dire dans la catégorie des compositeurs-qui-sont-tellement-doués-qui-font-des-BO-géniales-et-qui-ont-tous-une-signature-musicale-reconnaissable-entre-toutes-donc-que-j’aimeuuuuuuuuuuuuh !
Ouais c’est une catégorie étrange, mais c’est tellement vrai : une musique originale et qui systématiquement prend au tripe !
Ce film est donc très bien servi par une musique magique !

Le plus de ce film très original est l’immense casting : William Hurt, Sigourney Weaver, Adrian Brody (décidement, un excellent acteur), Brendan Gleeson, Judi Greer, Michael Pitt et évidemment, Bryce Dallas Howard (actrice fétiche de Shyamalan) et Joaquin Phoenix.
Comme ce sont tous de très bons acteurs (confirmés depuis longtemps, pour certains ^^), le film glisse tout seul. C’est pas l’image la plus glamour qui existe mais c’est l’idée. 
On rentre très facilement dans l’ambiance du film et le suspens est gardé jusqu’au bout !

Je conseille ce film, une fois, deux fois, … bref autant de fois qu’il vous faut pour en saisir la magie.
« Mes enfants, ceux dont on ne parle pas n’ont pas violé nos frontières depuis de nombreuses années, nous ne pénétrons pas dans leur bois, et ils ne viennent pas dans notre vallée : c’est une trêve, nous ne les menaçons pas, pourquoi feraient-ils une chose pareille ? »
Publicités

Nouveauté nailesque !

Bonjour à toutes !

Aujourd’hui, je vous présente la manucure d’une collègue de boulot. Nous étions en train de parler stamping, vu que la dernière commande venait d’arriver. Et tout à coup….., Nathalie agite ses mains et nous montre son dernier achat : des patchs pour ongles avec des motifs troooooooop beau !

Elle les a acheté là :

http://stores.ebay.fr/BLACKBALLOON-FR

Et voilà ce qu’elle en a fait :



A la base, je n’étais pas convaincu par les patchs, mais ce motif est tellement beau ! Bref, je reviens sur ce que j’ai dit. J’aime beaucoup les patchs !
Les patchs, c’est le nail art réussi à tout les coups.
Le patch, c’est le nail art des NPA pressées ^^

Bonne soirée les filles !

Carooo

God Bless America, 0.5/5

God bless America !
Ce qui en français veut dire : Dieu a blessé l’Amérique ! Ah non ? Ah mais je plaisantais, il est évident que je sais que cela signifie : à tes souhaits, Amérique  ! Balaize non ?
Bref…

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un film qui partait bien et qui pourtant est tout pourri ! Il est vrai que « tout pourri » est une critique fort peu constructive mais ne vous inquiétez pas, je vais y revenir.


Avec ces deux affiches, on est en droit d’attendre un film dénonciateur sur le port d’armes aux USA ou sur  l’apprentissage du tir à la carabine dès la maternelle…. Mouhahahaha, c’était sans compter sur le réalisateur (qui est aussi le scénariste) qui, à mon avis devrait bénéficier d’un suivi psychologique.

Voilà ce que nous dit, Allociné, sur ce film : 
« Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin. Bientôt rejoint par Roxy, lycéenne révoltée et complice des plus improbables, c’est le début d’une équipée sauvage, sanglante et grandguignolesque sur les routes de la bêtise made in USA. »

Voilà ce que j’en dis :
C’est l’histoire d’un mec seul, qui fait un boulot moisi, qui n’aime rien ni personne dans la vie , bref c’est un gros réac’ de première. Ce charmant gentleman perd son boulot et décide d’aller à la chasse… à l’homme-débile. L’idée c’est qu’il est seul juge de qui est bête à mourir. Du coup, quand il rencontre une personne débile selon ces critères, cette personne décède dans la minute. Chouette garçon non ? Et en plus, tu n’as pas intérêt à faire une blague pourri quand tu le vois, juste pour la déconne, sinon c’est décès !

« -Tiens, j’en ai une bien bonne ! C’est toto qui a des problèmes intestinaux…
– Nan mais laisse tomber, c’est débile comme blague…
-Ahhh noooooooon ! Laisse moi une autre chance, je peux me rattraper. Quelle est la différence entre un pigeon ?
-…
Le numéro que vous demandez, n’est plus attribué… BIP BIP BIP BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP « 
Je pense que c’est un monsieur qui ne comprend rien à l’humour, voilà tout !

A un moment donné, il croise la route d’une adolescente (plus que) perturbée qui décide de le suivre parce que « quand même, le lycée c’est bien, mais étriper des gens c’est ‘hachement plus classe!  » Donc ils partent tous les deux, bras-dessus-bras-dessous pour aller dessouder le plus de gens possible.

L’idée de départ était plutôt sympa mais j’ai trouvé le film excessivement long, sanglant, sauvage, pas drôle, très mal tourné, bref, je n’ai pas aimé, mais pas du tout.

Si je veux du sauvage et sanglant, je retourne voir Machete et c’est marre ! Parce que OUI Machete c’est du grand n’importe quoi, mais au moins c’est drôle et bien fait. 

Les gens assassinés dans ce film sont de vrais demeurés, mais malheureusement, ça ne donne pas le droit de les buter… Paye ton génocide sinon ! Là c’est clair qu’on perd la moitié de la population mondiale…

Je ne me souviens pas avoir entendu de musique, c’est surement qu’elle devait être quelconque.

D’aucun dirait que je n’ai pas saisi le message philosophique ou spirituel de ce film… et bien j’aimerai dire à ce D’aucun que déjà « Je vous emmerde mon p’tit pote » et ensuite que le message ne devait pas être bien clair si vous voulez mon avis !

Je vous conseille ce film si vous avez envie de … bah rien en fait, je vous le conseille pas !

Les Cinq Légendes, 5/5

La période de Noël est bien connue dans les cinémas. On a forcément un dessin animé / film d’animation « made in Disney » et des films à gros budget qui ne font pas grands bruits. Et puis des fois, on a un film d’animation Dreamworks qui s’y rajoute. Cette année encore, cela n’a pas loupé : Jack Reacher, film à gros budget qui n’a pas fait grand bruit, Les mondes de Ralph, film d’animation Disney et Les Cinq Légendes.
De ces trois films classiques en période de Noël, 2 ont retenu mon attention, un seul sera détaillé ici… Aujourd’hui, nous allons donc parlé …. Des Cinq Légendes !
Quoi ? Quoi ? Oui j’aime faire durer le suspens même quand cela ne sert à rien, c’est encore moi la patronne, non ? ^^
Bref, comme je le disais, ce film d’animation est tout droit sorti des studios Dreamworks (notons que Dragons sortait également de ce studio, c’est un bon départ).  


Ce film raconte l’histoire de quatre gardiens dont le seul but est de protéger l’innocence, l’émerveillement et les rêves des enfants : Nord Le Père Noël, qui a un accent russe à couper au couteau ; Bunny, le Lapin de Pâques, qui ressemble à Rambo avec deux grandes oreilles ;  la Fée (-tichiste) des Dents et bien sur Sab, le Marchand de Sable, qui visiblement a divorcé d’avec Nounours.



Et là si vous avez bien suivi, vous êtes surement en train de vous dire, mais elle a encore picolé, elle nous dit qu’il y a 5 légendes et elle n’en présente que 4…
Comme vous êtes impatients ! J’allais y venir !
Le truc c’est que, tout allait très bien dans le meilleur des mondes des gardiens quand Pitch, le Croc-Mitaine (il faudra d’ailleurs qu’on débriffe sur ce nom très rigolo pour un super-méchant) est revenu pour terrifier les enfants et s’arranger pour que ces-derniers ne croient plus en rien… Machiavélique à souhait, non ?



Les quatre gardiens se réunissent en conseil de guerre quand tout à coup, l’Homme de la Lune apparait et leurs désigne un nouveau gardien, Jack Frost (j’ai vérifié, aucun lien de parenté avec Frosty The Snowman). Jack Frost est un ado complètement givré (oui je sais, c’est faible) qui est doté d’un pouvoir étrange par rapport à ceux des autres : il fait tombé la neige, entre autre. Il ne pense qu’à s’amuser et ne se soucie de rien, ni de personne. La seule chose qui fout les boules à Jack La main Froide, c’est qu’il est invisible…. Les enfants ne le voient pas car ils ne croient pas en lui, ce qui le déprime considérablement. 



Tout ça pour dire que, Jack ne se sent absolument pas concerné par le problème « Pitch, terroriseur d’enfants ». Et pourtant, il va finir par les aider en échange de….
Héhé, il n’y a pas marqué la Knout se fait des spoilers, non plus ! Pour le reste, allez le voir !
C’est un film que j’ai évidemment adoré et tellement adoré que je l’ai vu 3 fois, dont 2 fois dans la même journée (vive les pass-ciné-illimité !). Ce film d’animation est super bien fait même si ça reste toujours limite pour la 3D. Je n’en ai pas vu l’utilité. La musique est magique et l’histoire bien que très enfantine, est traitée de manière très sérieuse. C’est-à-dire que quand on a gardé une âme d’enfant comme moi, on se prend au jeu. De plus, le méchant de l’histoire, qui me fait sérieusement pensé à Arès dans Hercule, est vraiment flippant : la voix, la tenue, les actions… Je pense que cela a du effrayer plus d’un enfant. D’un autre coté, au cours du film, on découvre l’univers de chacun des gardiens. C’est comme ça qu’on apprend que ce ne sont pas les lutins qui fabriquent les cadeaux mais les Yéti… Que le Père Noël est couvert de tatouages (^^) dont un « Naughty » et un « Nice », que Bunny, est un gros dur au cœur tendre et la Fée des dents ne conservent pas que les dents, mais également, les souvenirs qu’elles renferment !
Pour finir, ce film d’animation est un vrai bijou, rempli de couleur, d’humour et d’action.
Un p’tit bonus ?

 

Bronson, 5/5

Bonjour à tous !
Cela fait des années lumières que je n’ai rien publié sur ce blog, je vous présente donc toutes mes confuses ! Le truc c’est que les critiques ciné me prennent beaucoup plus de temps que les articles verniesques !
Mais là, avec les vacances de Noyel, je suis revenue gonflée à bloc ! Naaaan, pas parce que j’ai trois fois trop mangé, naaan ! Parce que j’ai vu énormément de films pendant cette période. Et que beaucoup d’entre eux étaient terribles !!!!!!!!
Avant toute chose, je vous souhaite un très bon noël et surtout une excellente année 2013, pleines de cinéma et d’émotions !
Aujourd’hui, je reviens avec un film qui m’a beaucoup marqué : Bronson.
La première chose que j’me suis dit en voyant l’affiche (et d’ailleurs, je n’étais pas la seule à le penser), c’est « Bron-son, avec nouuuus, Bron-son, avec nous ! ». Bref, j’me voyais déjà dans le Père Noël est une ordure. Puis j’ai vu marqué : Tom Hardy !
Ah-Ah ! Malgré tout le respect que je dois au Père Noël est une ordure, Tom Hardy ne joue pas dans la même cour ! C’est mon acteur fétiche du moment, je pense que j’ai du voir toute sa filmographie pendant ces dernières vacances. C’est un acteur caméléon : dans chacun de ses films, il change son physique (+/- 15 kg, coupe de cheveux, visage). Bref, pour incarner ses personnages, il modifie complètement son apparence ainsi que sa voix.
Mais recentrons nous un peu, sinon je risque de vous faire l’apologie de Tom Hardy dans cet article, alors que ce n’est pas le but… Encore que…
Dans ce film, il y incarne le prisonnier le plus violent d’Angleterre : Michael Gordon Peterson alias Charlie/Charles Bronson.
En gros, le gars nous explique qu’il a toujours voulu être célèbre, mais qu’il était pauvre, qu’il en ramait pas une à l’école, et qu’il était un piètre chanteur et acteur. Du coup, il ne lui restait pas beaucoup de choix : oublier ses rêves de notoriété ou devenir un criminel. Il a choisi la voix dite « classique », criminel ! Normal.
On revoit donc très rapidement, son enfance heureuse pendant laquelle il terrorisait profs et élèves. Vous l’aurez compris c’était donc déjà un psychopathe dès l’école primaire. En grandissant, rien ne s’est arrangé niveau psychopathie et il finit par être arrêté pour un banal hold-up. Il découvre la prison et adooooore cet endroit. C’est comme il le dit, son terrain de jeu et d’entrainement favori. Il se fait littéralement la main sur tous les gens qu’il croise. Bref, à force de jouer à la guerre avec les matons et avec ses co-détenus, il finit par être enfermé en isolement complet. Et, suite logique : à l’asile !
Au cours de ce film, on suit le « parcours » de Mickael Peterson et sa transformation progressive en Charlie Bronson : son nom de guerrier.
Pendant 1h30de film, j’ai oscillé entre grosse marade parce que le mec est complètement givré, et aussi « ooooooh putaiiiiin », encore une fois parce que le mec est complètement givré. Ce film étant une biographie, j’me demandais si le vrai mec était aussi barré que dans le film. Et en regardant, les bonus du DVD, j’ai pu écouter des interviews de Charles Bronson, le vrai, et franchement, ce qu’il y a dans le film me parait à peine exagéré !
Tout ça pour dire que le film est vraiment bien, drôle, effrayant et touchant (même) porté par un acteur hors-concours ! Tom Hardy est juste magistral dans ce film et vraiment flippant !
De plus, la musique qui accompagne est parfaite !
Je pense que ce film ne peut pas plaire à tout le monde car la réalisation tourne entièrement autour de la personnalité de Charles Bronson. On a l’impression d’être dans sa tête… D’ailleurs, sur le DVD, ils écrivent que c’est l’Orange Mécanique du 21ème siècle… Je trouve ce terme un peu fort, mais c’est vrai que ce biopic d’un nouveau genre, peut déranger. Cela m’a presque fait penser à un film de Baz Luhrmann : film complètement barré auquel on rajoute le côté amoral/immoral…
Selon mes critères, ce film envoie du bois ! J’adoooooooore et je le conseille !